Regard de Moi

17 janvier 2007

REGARD DE MOI

Projet d'ateliers de pratiques artistiques dans le cadre d'une participation élargie aux Ephémères de Château-Landon (manifestation d'Arts Plastiques in Situ, avec expositions, installations et performances). Ce projet propose une ouverture au public sous la forme d'un atelier d'Art plastique, afin de créer, en amont, une sensibilisation à la manifestation et à la pratique artistique et, au final, organiser une participation cadrée et identifiée au cœur de l'événement. e_phe_me_res

Posté par 0622690562 à 00:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Le PROJET

   Afin d’initier et de développer une sensibilisation à la pratique artistique et « d’ouvrir le regard », le projet propose d’associer des participants et un artiste à l’événement culturel Les Ephémères de Château-Landon.

Le processus, mis en place, doit permettre un grand nombre de participants dans un temps restreint, conservant ainsi une simplicité dans l’approche et la réalisation, avec un sujet facile à identifier et un traitement très ludique. Cette action est encadrée, du début à la fin, par un plasticien, afin de préserver et de préciser une intervention commune qualitative et cohérente, tout en proposant une adhésion et une présence au même titre que les artistes professionnels.

Selon les possibilités de structures, l’atelier est proposé sous la forme d’une intervention de trois heures avec 10 participants maximum, soit : une séance par groupe pour la réalisation de 10 autoportraits (sculptures en assemblages estimées entre 1 mètre et 1,3 mètre), avec la nécessité d’un espace d’activité adéquat.

Afin d’élaborer la participation (et l’investissement personnel) le sujet de l’atelier est la réalisation individuelle d’un autoportrait en volume, sur une base commune à tous et à toutes, avec l’utilisation de matériaux de récupération et des techniques variées (assemblage, collage, peinture, etc.).
Sur une base servant d’armature et de structure et avec une dimension commune (entre 1m et 1,3m environ) , il s’agit, non seulement de se confronter à la manipulation de matériaux et à une mixité de techniques, mais également de créer et développer une figure de soi, (ou de ce que l’on aimerait être..) ; selon ses critères personnels et en relation avec ces matériaux, ces formes ou ces couleurs. Le tout dans un processus rapide, condensé et une réalisation très ludique.

Ce principe d’autoportrait correspond à un démarche pédagogique qui renvoie à l’expression directe de soi : « J’utilise le langage plastique pour me raconter ». Dans ce processus de sensibilisation à l’acte artistique, le sujet même des réalisations permettra de transférer sa présence dans l’événement proprement dit : « non seulement je participe à l’événement, mais je suis dans l’événement (du moins ma représentation) » et de plus « je deviens objet artistique… »

Cette participation effective s’achèvera dans le cadre d’une mise en scène de tous les autoportraits dans un des lieux de la manifestation, et cette installation, se présentera alors comme le témoignage des participations préalables et surtout, par la multiplicité et le regroupement, deviendra le sujet d’une œuvre : une présence symbolique collective.

Les interventions et les réalisations doivent s’effectuer entre septembre 2006 et septembre 2007

La manifestation est prévue pour les journées du Patrimoine, le vendredi 14, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre 2007.


Posté par 0622690562 à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Comment ça va marcher ?

Concrètement les ateliers nécessitent une somme importante de matière première, objets de récupération de toutes sortes, matières très variées; bois, carton, tissus, synthétique, naturelle, un panel permettant un choix en lien avec le caractère que les participants auront choisi. je prévois de la peinture et un atelier complet de bricolage. Il faudra tout déplacer à chaque fois...
Depuis plusieurs semaines je fais les poubelles et surtout les encombrants de la région, j'accumule.

Je pense organiser mes scéances ainsi : prévoir un premier temps d'écrit sur soi, son caractère, ses désirs d'être etc. Choisir ensuite une forme ou couleur ou matière...Choisir, enfin, parmis les objets et matériaux proposés une adéquation avec ce qui à été rédigé.
Une trame d'amorçage, qui doit s'adapter... Je m'appuyerai essentiellemnt sur l'immédiateté de la rencontre avec les groupes et sur les interractions individuelles. Le projet doit avant tout être vivant, puisque le but est que: " chacun se dise".

Posté par 0622690562 à 20:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2007

PREMIERS PAS

Très bien accueilli et rapidement programmé par le Principal du Collège Pierre Roux de Château-Landon, le projet a fait ses « premiers pas » le 28 décembre 2006, par une fraîche matinée d'école ouverte... Jade, Lucie, Rémy, Jézèquel, Arthur, Carole, Jordan, Valentin, Jennifer, Dias, Wajdi, Clément et Gary ont très spontanément adhéré à mes propositions et donné immédiatement du sens à la démarche... Après un temps plutôt fébrile de réflexion sur eux-mêmes, l'instant est devenu « jeux » ; choisissant, assemblant, découpant, liant, déchirant, collant, et compactant de délicieuses cohérences...À leur image.Bandeau2

Posté par 0622690562 à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'APPEL

Parallèlement aux contacts pris avec les différents partenaires institutionnels, le CMA lance son appel à la population locale et cantonale pour une participation active au projet – selon les prémonitions (du Cercle des Médiums Artistes) et les dires du petit tract et qui va fleurir en ville : le bonheur est dans l'art... Il suffit de vous inscrire et de venir les mains vides et le cœur plein, en solo, en couple, en famille, entre amis... Tract_web

Posté par 0622690562 à 19:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]


12 février 2007

Sous le local, la Rivière

En ce début de février, l’aventure se poursuit avec les enfants du Local La Rivière et leurs deux animateurs, le local a servi de refuge pour un instant privilégié ; je m’adresse aux enfants et leur dis : vous allez faire un portrait de vous-même !
- Euh !!!!!
Naturellement attirés par l’amoncellement d’objets de toutes sortes (adaptés au public enfant), il y a une mise en jeu immédiate, l’authentique récupération est là !
En deux groupes distincts, deux temps différents :
- Une matinée « mouvementée». Assez nombreux et très demandeurs, aucun temps de recul possible, une immersion et un flot continu, une énergie porteuse qui vous traîne et vous entraîne… (d’autant que j’ai ajouté le poste peinture).
- Un après-midi plus calme. Moins nombreux, (et sous la bienveillance de D.) la rivière s’est apaisée, les animateurs sont devenus participants au même titre que les enfants, une concentration proche du recueillement, sans doute un contrepoint nécessaire qui permet un autre regard, de soi, de nous, de moi.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et j’ai commencé la série photographique des participants avec leurs réalisations. C’est particulièrement touchant et le lien devient si évident entre le sujet et son portrait, dans une ressemblance immédiate, un vrai miroir. Loin du détail, c’est la particularité générale qui frappe…
Comment peut-on se raconter si justement ?
La_Rivie_re_jpg

Posté par 0622690562 à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2007

CHANCEPOIX

Premier atelier à l’Institut Médico-Educatif Public de Chancepoix

Dès le mois de septembre dernier, l’IME de Chancepois, la Directrice et l’équipe d’éducation étaient particulièrement intéressées par une participation au projet.
Les premières cessions ont eu lieu les 20 et 22 février avec 2 groupes :
Le premier était constitué de 10 adolescents de 15 à 17 ans, que j’ai très rapidement confronté à eux-mêmes, par le jeux des questions, « Si j’étais un…, je serai… » suivi d’un temps bref de stimulation corporelle afin d’étendre la mise en jeu personnelle. Avec un déroulement d’atelier et des résultats très justes, car très individualisés et plutôt révélateurs. Au commencement, une gêne manifeste pour certains (l’image de soi peut-être particulièrement inconfortable à cet âge…) et par la suite une grande variété avec des modulations dans les comportements et les adhésions.
Une grande difficulté à amorcer pour quelques-uns (jusqu’à l’impossibilité), une exigence douloureuse et inhibitrice qui se libère par la suite pour d’autres , une liberté audacieuse et spontanée qui s’arrête net, une incapacité à faire sans sa copine, un garçon très prévenant pour cette même copine. De multiple facettes dans les attitudes et les présences avec, ceux qui se racontent sans difficulté et enthousiasme, jusqu’au recul et à l’abandon à mi-parcours. L’atelier, peut être par sa brièveté et sa densité, génère un mouvement efficace qui conduit à des métamorphoses et crée des renversements singuliers.
Et enfin, pour ce groupe, une fuite plus généralisée (à 50%) au moment de l’affirmation finale de son travail avec la photo (le portrait avec l’autoportrait). Un éventail donc d’actions et de réactions qui témoigne bien d’un temps émotionnel moteur d’une particulière vivacité.
Main_1Main2main_3main_4main5

Posté par 0622690562 à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CHANCEPOIX II

Le deuxième module, que j’appréhendais un peu plus, (des enfants de 10 à 16 ans) s’est déroulé, avec l’investissement et l’efficacité des éducatrices comme un emboîtement très fluide et dynamique.
Compte tenu de l’âge des enfants, nous avions, au préalable, convenu avec des responsables de miser plus sur l’expérience et la participation que sur le résultat (qui pouvait être plus aléatoire).
Je me concentrais donc pleinement sur le déroulement, en structurant à l’extrême l’enchaînement, par phases bien définies. J’ai délibérément changé l’approche en écartant le concept d’autoportrait direct, qui pouvait paraître difficile. Je me suis replié sur une proposition offerte à chaque enfant de constituer un trésor très personnel (appropriation d’objets et de matériaux), avec lequel ils allaient réaliser un personnage. À un seul moment, j’ai annoncé qu’avec leur trésor personnel, ce personnage allait sûrement leur ressembler ; Message « subliminal » qui, je n’en doute pas, a été entendu, car largement implicite.
Le déroulement calme et progressif précieusement porté par les quatre adultes et l’assistance d’un des adolescents du premier groupe (très appréciée!), fut un bonheur de participation, sans aucune retenue ni barrière. L’enthousiasme et le plaisir de cet atelier, se sont rapidement concrétisés et les enfants se sont lancés dans l’assemblage (dans un lien physique très particulier avec la manipulation, clouer, visser, agrafer, peindre, un investissement parfois exceptionnel dans le geste ). Très vite, je dois le reconnaître, l’implication de chacun a totalement anéanti l’appréhension et les questionnements. Un déroulement savoureux, et inattendu, qui balaya les craintes et aboutit à un résultat des plus touchant.
Il est manifeste que chaque enfant a bien réalisé un personnage qui lui ressemble et tellement…

Posté par 0622690562 à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2007

EN FAMILLE

Paul

En cet après-midi du 23 février, les premiers participants de Château-Landon et de son canton se sont présentés à la salle de la Tour Madeleine. Mon premier atelier public regroupait les membres de trois familles (parents et enfants), tous a priori décidés à jouer le jeu, bien que perplexes m’a-t-il semblé !
Après une installation épique dans la salle, je leur ai présenté le programme, suivi du concept, ainsi que quelques propos sur l’expression artistique, le langage plastique et ses possibilités de représentation, l’Art Brut, le tout bien illustré. Et je note que les références sur lesquelles je m’appuie sont essentielles car il semblerait que certains stagiaires s’en servent immédiatement comme base de départ. Tout se dit et se fait dans la densité et la rapidité. Il est à noter que la transformation de cette jolie cave en atelier provisoire aide à la mise en condition. Le lieu est transformé et les participants gèrent l’espace, l’occupent et l’aménagent en même temps que se construit la séance. Dans ce cas précis, la gestion s’est faite sans difficulté, avec harmonie, dirai-je… L’entente familiale ?
Et c’est dans la réalisation des autoportraits que la subjectivité apparaît et que les caractères s’affirment. Cela se joue très rapidement dans le choix de la structure (le piquet qui sert de maintien), les accessoires, les systèmes de fixation, les assemblages, la manière de progresser. Le temps d’exécution est très juste, il devient un moment suspendu, de grande concentration, durant lequel chacun vaque à ses petites affaires.
Mon rôle est alors technique, j’offre toutes les possibilités de bricolage. J’aide les enfants et conseille les plus grands, mais je n’interviens aucunement dans les choix. Ce sont les limites de cette brève initiation aux Arts plastiques, mais également le but : se raconter honnêtement. Et s’il y a une individualisation, dans les autoportraits, il y a précisément, dans ce cas, de sacrés airs de famille!
Une fois la dynamique lancée, ma participation se transforme en assistance afin que les « Œuvres » puissent être manipulables et conservent leur fraîcheur dans le temps, jusqu’en septembre.

Colette

Posté par 0622690562 à 13:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2007

NOCTURNE

L’atelier du 1er mars eût lieu en soirée, il était constitué de 6 femmes, un homme et deux absents. La particularité était qu’ils étaient tous membres d’une association, rompus à des pratiques artistiques et manuelles régulières. Il était d’autant plus intéressant de les confronter à une « performance » inhabituelle dans leur lien à la création : utiliser le temps de réalisation (connu) avec un sujet très défini, mais avec des contraintes et des moyens tout à fait nouveaux et particuliers, faire avec les éléments et matériaux présents. L’expression est alors directe, la technique n’existe plus (on assemble et colle au mieux), il n’est plus nécessaire de se référer à ses connaissances : le dessin, la peinture. On plonge directement dans la construction et cette dernière, comme d’habitude, a sa petite destinée. Du coup, l’objet réalisé prend une autonomie qui échappe quelque peu à son créateur. Et en cette belle soirée, ce fut le cas pour beaucoup de participants. De toute évidence, tous à l’aise dans l’élaboration créative manuelle, sans gênes ni retenues, les réalisations finales ont bien parlé d’elles-mêmes, raconté chacun et chacune, de sa taille à son expression, de son ampleur à sa simplicité.
123457

Posté par 0622690562 à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]